Reconstruction de l'école de la Verville

Un des blogs de Jean Féret

Archives Mensuelles: avril 2013

Bassin de rétention et collecte des eaux pluviales

voici le bassin de rétention-infiltration du parking de l’école.

C’est une structure en plastique qui sera enterrée dès jeudi. Son entrée sera visitable et nettoyable. Il y aura un séparateur d’hydrocarbures juste en amont.
Le volume de ce bassin, 175m3, correspond à une pluie vingtennale, sur la surface imperméable du parking, en tenant compte de la capacité d’infiltration du sous-sol. Cette capacité a été mesurée il y a exactement un an, en creusant mètre par mètre un trou de 1m2 de surface et, pour chaque mètre, en mesurant la vitesse d’infiltration d’1m3 d’eau. Les places de stationnement du parking seront perméables, du gravier dans des alvéoles en plastique. Les chaussées seront en enrobés et les trottoirs en béton désactivé.
 
A l’arrière de l’école, entre la cour et les plateaux, côté sud, il y a un bassin construit de la même façon mais 3 fois plus volumineux. Il recueille les eaux pluviales des toitures et des cours.
Notez que le jardin potager est équipé d’un stockage d’eau de pluie de 3m3 dont le trop plein est reversé dans le circuit des eaux pluviales de la cour maternelle. Il stocke de l’eau collectée sur le toit de la restauration.
 
Le plastique noir qui forme la structure est intégralement recyclé. Ces éléments de structure sont produits à Bourges mais par une société… allemande.
Le réseau d’assainissement devant l’école sera construit avec des tuyaux en polypropylène (les tuyaux oranges) dont la durée de vie est d’au moins 100 ans. Rehau, le constructeur, assure d’ailleurs une garantie décennale.
 

Le bassin a été enterré pendant la journée du 2 mai. Le terrassement a été terminé avec une mini pelleteuse, qui a pu s’engager sur l’ouvrage, après compactage au rouleau compresseur. En théorie, un camion avec des essieux chargés à 18 tonnes peut s’engager sur l’ouvrage. Il sera cependant sous une pelouse, par précaution.
A l’arrière du chantier, les tuyaux pour les eaux pluviales (gris et en PVC) et eaux usées (oranges et en polyropylène). La grande boîte en plastique noir est le séparateur d’hydrocarbures. Il sera capable de traiter jusqu’à 6l/s et de stocker une bonne centaine de litres de produits légers, et 600litres de boues.

Le 3 mai, c’est le séparateur d’hydrocarbures qui est en place, et raccordé au bassin de rétention.

Ce sont ensuite les canalisations, les regards et les grilles du réseau de collecte d’eau pluviale qui sont construits. C’est un peu Verdun, mais cela va s’arranger rapidement.

Et, finalement, on commence à percevoir le nivellement du nouveau parking, près d’1,50m sous l’ancien niveau du sol. La topographie du site est complètement changée et dégagera une vue spectaculaire sur le secteur de la rue des Bergeronnettes.

2013-05-15 20.11.23

 

Publicités

Des rochers, encore des rochers…

La butte de terre à côté de l’ancien parking, avec les 3 bouquets de châtaigniers, était en réalité un tas de rochers recouverts de terre. Ils sont cassés en blocs de moins d’1 m3 en les jetant les uns contre les autres, avec une pelleteuse capable de lever 15 tonnes.

22 avril: les 2 plateaux de sport sont refaits

22 avril: début des travaux du parking devant l’école

Début des travaux du parking.

L’ensemble est sous maîtrise d’œuvre du Siarce. Le parking devant l’école est en effet à l’extérieur du contrat de partenariat. Les travaux consistent à recréer des réseaux publics (gaz, électricité, eau, téléphone, éclairage public), à construire un bassin de rétention et un séparateur d’hydrocarbures (c’est obligatoire) et à aménager la surface avec 98 places de stationnement, un arrêt de bus et des circulations pour les piétons conformes aux normes d’accessibilité actuelles.

Les photos au 8 avril 2013

Toujours avec la complicité de Balloide-Photos:

Ce diaporama nécessite JavaScript.