Reconstruction de l'école de la Verville

Un des blogs de Jean Féret

Partenaires

La ville n’est pas seule sur ce projet. Elle possède l’école, elle restera propriétaire de l’école. Mais elle doit s’appuyer sur une exrpetise juridique et technique qu’elle ne possède pas.

.

.

.

 .

.

Elle s’appuie sur un conseil technique à qui elle a confié une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage. C’est la société A3P conseil. C’est cette société qui a fait une étude de faisabilité sur un projet de reconstruction. Il est sorti de cette étude un rapport qui, n’étant pas soumis à l’approbation du conseil  municipal, est resté interne aux services de la ville. Ce rapport a permis de définir un « projet fictif », ou plutôt un « projet de référence » qui, sans être le projet de reconstruction, est suffisament représentatif en fonctionnalités et en prix pour servir de modèle à différents modes de financement.

.

.

La société A3P a alors entrepris le rapport préliminaire d’évaluation, le rapport qui a été soumis à l’approbation du conseil municipal le 27 avril. Tous les chiffres de surface et de prix au m2 sont issus de l’étude de faisabilité. Limité à une juxtaposition de cubes, le « projet fictif » peut être aperçu sur la page « A Propos » de ce site.
La mission d’A3P s’étend jusqu’à l’analyse des candidatures issues de l’APC publié le 17 juin.  Son analyse sera utilisée par la commission ad-hoc nommée au conseil municipal du 27 avril qui rendra un avis pour faire décider le maire ensuite.

.

Derrière A3P, il y a un cabinet d’avocats spécialisé dans le droit public des affaires: le cabinet Peyrical.

Publicités